Tous mes liens sur cette même adresse

Une galerie Flickr ici

Pour les dames de La Seyne, j'ai votre sac Ik.., laissez moi un mot ici (sur n'importe quel article, votre message ne sera de toute façon pas publier directement) ou à l'adresse sur ma carte de visite. Merci

Manga'zur 2018 ici sur facebook

Une page facebook photos. Cliquer sur ce lien

Run'bow colors 2016. Cliquer sur ce lien

Des liens et des photos de la Guyane et ... d'ailleurs. Cliquez et regardez ci-dessous

Carnaval ici, cliquez et regardez ci-dessous

Blog Varois ou encore Festival Taputapuatea (blog Tahitien)

dimanche 23 octobre 2011

Les paresseux

Bonjour,

Avant d'aller voir les paresseux, je vous mets cette fleur que j'aime beaucoup. J'espère que je ne l'ai pas déjà mise, je ne sais plus. Je la trouve très belle, c'est la fleur de l'arbre des boulets de canon. Mais j'en reparlerai sûrement une autre fois.



Voici donc un paresseux. Mais quelle tenue ! Le paresseux fait partie de l'ordre des édentés. Cela ne signifie pas qu'ils n'a pas de dents mais que celles-ci sont d'une matière osseuse, sans émail et en nombre limité (18 dents). Il est arboricole et bouge avec lenteur, d'où son nom. Il possède un système de verrouillage de ses griffes et peut ainsi rester suspendu des heures sans efforts. Heureusement pour lui car il descend rarement à terre si ce n'est pour déféquer ou traverser les routes. Auquel cas, incapable de se tenir debout, il doit ramper sur le sol. Cindy, une fille de Saül, village en pleine forêt amazonienne, me disait qu'on pouvais les aider à traverser la route. Ils sont très gentils si on ne les agresse pas. Attention aux griffes tout de même ! Il est excellent nageur.



Il a peu de prédateurs mis à part l'aigle harpie, les félins, le boa et l'homme. En Guyane, on connaît deux sorte de paresseux :
- l'uneau, dit paresseux à deux doigts car il ne possède seulement que deux griffes aux pattes avants.
-l'aï, ou "dos brulé" ou encore "parsou mouton" ou "trois doigts". Il est plus commun.



Son pelage est rêche et humide en permanence. Sur les deux doigts notamment, se développe une étrange algue verte. Une hypothèse veut que cette algue verte lui fournirait, par le biais de ses poils poreux, les sels minéraux nécessaire à sa survie.
Outre cette algue, la fourrure du paresseux héberge une espèce de minuscule papillon qui ne quitte sa toison que pour pondre ses oeufs ... quelques mètres plus bas ... dans les excréments du paresseux !



Tant que j'y étais, la lune étant belle et bien ronde, je suis allée au port. (Photo prise à main levée)



Les couleurs de coucher de soleil apparaissent et teinte cette aigrette bleue d'orangée.



Pourtant les ibis rouges passeront trop au-dessus en contre-jour et rendront mes photos noir et blanc ! Attendons un peu que tout s'embrase.



Hérons, aigrettes ou autres oiseaux de la côte passeront sur un fond magnifique. Le spectacle tant attendu est au rendez-vous.



Tout le monde est parti. Il ne reste plus que moi ou presque. J'attendais mon porteur. Cette dernière photo à donc été prises à plusieurs : moi et tous les suceurs de sang assoiffés qui étaient piqués à mes chevilles ! Il y avait vraiment beaucoup de moustiques ce soir là !




Pour ce sujet, je me suis aidée du livre "Guide de Guyane" de Philippe Boré, édition 2010/2012. Guide que je recommande particulièrement et dont je vais m'aider énormément. Très bien fait, il comporte 36 balades, 250 infos-nature et des bonnes adresses pour découvrir la Guyane.

A bientôt

Message précédent      Message suivant

La semaine prochaine (lundi 31 octobre) , je passe mon tour. C'est les vacances et je ne mettrais pas d'article. Peut-être quelques photos.
Rendez-vous donc au lundi 7 novembre pour de nouvelles aventures en Guyane. Je ne sais pas trop ce que je mettrais encore, ce sera donc une surprise.

Aucun commentaire: